10/ Procédure à l'encontre du CHU de Caen ...

jackdecaen.fr : Site de Jacques ROLLAND,

 

Handicapé par une spondylarthrite ankylosante depuis 1988 (depuis 30 ans)

Colonne vertébrale actuellement en cours de paralysie.. ( ossification)

Caen

Auteur du Livre autobiographique "Douleurs et Combats pour la Vie" et prochainement "Handicap = exclusion"..

*************************************************************************************************************************************************

dernière mise à jour le 21 mai 2018

 

 

Procédure à l'encontre du CHU de Caen

 

Je suis victime au CHU de Caen, d'une erreur de diagnostic fin 2010.

J'ai entamé une procédure à l'encontre du CHU.

Cette parution sur mon SITE, sera en ligne pendant toute la procédure. Je mets à jour régulièrement cette page.

 

"Bienvenue" aux personnes du CHU, du CCI ou "kiné" qui viennent régulièrement sur cette page ( source mes statistiques..)

 

mail pour la presse : rolland.jacques@sfr.fr

 

 

16 / le 21 mai 2018 : Quatre mois sans aucune nouvelle de la commission ( CCI) ..... RDV avec mon avocat.

 

15 / le 21 mars 2018 : Aucune nouvelle depuis deux mois de la commission. (CCI) C'est parait-il habituel de la part de cet organisme.....

 

 

14 / le 17 janvier 2018 : Expertise médicale demandée par la CCI a été effectuée le 15 janvier.

 

Mon handicap n'est pas pris en compte..je trouve cela déplorable. Aucun respect de la part aussi bien du CHU que de la CCI, j'ai été sur Paris faire cette expertise. Je viens de recevoir ce midi par courrier le rapport qui confirme la faute du CHU de Caen.

J'ai donc maintenant DEUX expertises en ma faveur, qui démontrent qu'il y a eu faute.

 

Je suis maintenant en attente d'une convocation de la CCI, ou je vais devoir à nouveau me déplacer sur Paris pour me présenter devant un tribunal composé de 9 personnes......

Je suis traité comme un accusé, pas comme une victime alors que j'ai maintenant DEUX expertises qui démontrent une faute du CHU de Caen.....

 

 

13 / le vendredi 1 Décembre 2017 : Un courrier de la commission de conciliation, "la CCI" (anciennement CRCI) me dit que mon dossier est "complet". Ce qui me donne droit à une expertise.

 

Le silence du CHU depuis l'envoi du premier rapport d'expert démontrant une faute du CHU s'explique.

Il y a pour moi un lien entre le CHU et la CCI... le CHU attendant visiblement la décision de la commission...

 

L'expert nommé est à Paris. Je dois y aller à mes frais, ce qui a un coût ( ma pension d'invalidité cat2 est de 488 euros par mois) de plus, je dois y aller avec ma mobilité réduite.... mon état ne s'arrange pas, j'ai des difficultés à marcher.....

 

Le CHU et la CCI sont parfaitement au courant de mon état de santé. Je ne peux que constater l'empathie débordante et le manque de respect de ces deux organismes à l'égard de mon handicap.

Aucun contact de leurs parts, pour connaitre ma capacité physique à me déplacer en fonction de l'évolution de ma pathologie...

 

 

12 / le 20 novembre 2017 : N'ayant aucune nouvelle, je relance le CHU. (Par la Juriste du CHU)

 

 

11/ le 2 novembre 2017 : Réponse de Madame la juriste du CHU de Caen (de l'envoi du 23 octobre, soit huit jours ouvrables après...) . Elle me dit envoyer le dossier à la direction ainsi qu'à l'avocat du CHU.

 

10/ le 26 octobre 2017 : Sur les conseils du médecin expert et de mon avocate, il y a ce jour un Envoi du dossier

médical au CCI. Poids 4.7kg, 650 pages... en AR...

 

 

9/ le 23 octobre 2017 : - Premier avis "médico-légal" par un Médecin expert, qui démontre dans son rapport " une faute " du CHU ....

Je suis arrivé au CHU avec une péritonite , pour être pris en charge 24h après.

- Envoi ce jour même du dossier à Madame la juriste du CHU de Caen.

 

 

8/ le 24 juillet 2017 : Mon dossier médical et ma requète sont déposés chez une avocate de Caen.

 

 

7/ le 14 juin 2017 : Un courrier du CCI, me fait savoir les pièces pour mon dossier.

Ma demande de rendez vous avec la personne qui s'occupe de mon dossier au CCI, est refusée....

 

 

6/ Fin mai 2017: Un courrier avec des documents est envoyé au CRCI afin de connaitre les pièces et justificatifs pour constituer un dossier.

 

5 / le 29 mars 2017 : Un courrier ( avec A.R) du CHU, me fait savoir que mon dossier est estimé " trop complexe" et demande une expertise indépendante. CRCI ou Tribunal administratif.

La question que je me pose est " à quoi sert la médiation " car je voulais dès le début passer par le tribunal administratif, mais la procédure obligatoire est de passer par la médiation. Donc, à ce jour, retour au point de départ. En attendant j'ai perdu quatre mois....

 

 

4 / le 17 février 2017 : Selon les propos de la juriste au cours de l'entretien avec le médiateur, mon dossier est

envoyé à l'assureur du CHU.

 

3/ le 13 janvier 2017 : Réception (par la poste) du résumé de Monsieur le médiateur, résumé très réaliste dont je suis totalement en accord. Ce résumé permets la continuité de la procédure.

 

2 / le 31 janvier 2017: -Entretien avec le médiateur du CHU ainsi que Madame la Juriste.

- Echange dans de bonnes conditions, très bon accueil de leurs parts. En attente maintenant

du résumé du médiateur pour la continuité de la procédure.

 

 

1/ le 3 janvier 2017 : -Un premier courrier est envoyé à la direction du CHU, afin d'obtenir un rendez-vous, ce qui m'est refusé.

-Je prends rendez vous avec Monsieur le médiateur du CHU de Caen.

 

 

 

*************************************************************************************************************************************************

 

A cause du CHU de Caen…

 

J'ai été opéré pour la cinquième fois au ventre… à cause du CHU de Caen….

 

Fin 2010, alors que j’ai un transit intestinal “stoppé” et un ventre gonflé, j’arrive avec le SAMU au CHU de Caen. Les urgences apprenant l’existence de ma spondylarthrite m’envoient aussitôt au “17” qui est le service rhumatologie du même établissement.

 

A ce moment, “ ils estiment” que je fais la maladie de crohn, chose dont je ne suis pas d’accord connaissant les symptômes de cette dernière et ne l’ayant jamais eu. Pour moi il y a autre-chose et je demande un scanner, ce qui m’est refusé.

Je suis envoyé en “dermatologie “ pour une nuit…au CHR de Caen, à quelques kilomètres de là… je ne vois pas ce que je fais dans ce service. Je ne vais pas y être surveillé la nuit, il n’y a pas d’interne de nuit dans ce service …

 

Le lendemain matin, ce que j’ai dans mon ventre, a continué son évolution.

Un scanner devient urgent, mais le service rhumatologie ne VEUT PAS me faire revenir au CHU.

Mon médecin traitant appelle et obtient mon retour au CHU. Un interne en rhumatologie appelé par mes proches m’ausculte pour découvrir que je suis en très mauvais état ……. C’est uniquement après cette auscultation que je passe un scanner.

 

La découverte au scanner est grave, je fais une péritonite qui a viré à la septicémie… le reste… 5 semaines de coma, deux pronostics vitaux, infarctus pulmonaire, etc … etc ….( je le raconte dans mon livre, “Douleurs et Combats pour la Vie”).

 

J'ai également fait un " CHOC SEPTIQUE" . Mon coeur et mon cerveau fonctionnaient, le reste était appareillé. Ce choc septique m'a considérablement affaibli dans ma vie.

 

Si l’intervention avait été effectué dans les temps au moment de mon arrivée au CHU, je n’aurais peut être pas été stomisé neuf mois et encore moins toutes les opérations au ventre que j’ai subis depuis.

Tout cela en complément de la spondylarthrite ankylosante qui me fait souffrir depuis 30 ans et dont ma colonne est maintenant en phase d’ossification….

 

Pour ceux qui ont un doute sur la quantité d’opération, voici l’inventaire : …

 

Une première intervention pour la septicémie.

 

Une deuxième en raison de fortes fièvres et la présence d’abcès dans le ventre. (trois abcès ,volume 1 litre….).

 

Une troisième opération pour la mise en continuité de mes intestins.

 

Une quatrième a eu lieu en septembre 2015 pour un étranglement d’éventration.

 

La cinquième est en novembre 2016, en clinique privée (un succès)

Le chirurgien qui m'a opéré sur cette intervention, à procédé d'une autre manière estimant " dangereuse" celle qui devait être effectuée par le CHU (rapport de cette opération en ma possesion)...

 

mail : rolland.jacques@sfr.fr Je suis de Caen (dép : 14 )

 

 

 

Autre chose .......

 

Je trouve déplorable le comportement du CHU de Caen......

Ma Cinquième opération finalement annulée dans cet établissement… ( du 23 septembre 2016)

 

J’arrive dans le service « 7 » au CHU de Caen pour mon opération (au ventre pour la cinquième fois) ….

Je suis dans une unité pas très aimable, ce qui me change beaucoup de l’année dernière dans le même service, mais une autre unité.

En parlant avec une infirmière, je lui dis que j’ai une spondylarthrite car j’ai des doutes, j’ai l’impression qu’elle n’est pas au courant…

Elle me dit « ne pas savoir » Alors pour avoir mon traitement contre la douleur, il va falloir voir cela avec le médecin…

 

Dans la soirée le chirurgien en qui "j’ai confiance ", vient me voir et me demande si je vais bien (il est certainement au courant pour l’infirmière). Je lui dis que visiblement ma spondylarthrite n’est pas portée à la connaissance des infirmières…

Là, il me répond que je fais "un patacaisse" pour ce qui est, pour lui"un détail "…( je cite)

 

Je ne vois pas ou j’ai fait « un patacaisse » n’étant même pas sortie de ma chambre et n’ayant pas « élevé » la voix…

Quand au détail, J'apprends ce jour là, que je souffre depuis 29 ans d’un « détail ».

 

Je lui exprime alors que ma confiance devient « relative », Il me répond aussitôt « Si vous n’êtes pas d’accord vous prenez votre sac et vous rentrez chez vous » ……Chose que je fais…..l’opération est donc annulée au CHU de Caen.

 

Jusqu’à ce jour, j’ai toujours « défendu » le CHU de Caen, de plus je n’ai jamais parlé de l’erreur grave de diagnostic qu’il y a eu me concernant en 2010….m’emmenant dans le coma et sa continuité ….

Tous les médecins libéraux qui s’occupent de moi sont parfaitement au courant de cette erreur. (dossier, témoins…)

 

Je suis surpris que ce chirurgien ne comprenne pas :

– Ce jour là je viens pour une cinquième opération au ventre...

– Que j’ai été victime d’une erreur de diagnostic en 2010 et que cette opération est une séquelle, je ne suis donc pas à mon aise…

– Je souffre d’une spondylarthrite ankylosante. Je connais l’opération que je dois avoir et je sais donc que je dois rester alité pendant 24 à 36 heures avant de pouvoir me lever.

Je suis en droit de voir, de vérifier si je vais avoir mon traitement afin de ne pas me bloquer avec la souffrance qui en découle.

– Que je suis dans le passé, victime de deux aléas thérapeutiques…

 

Je connais ce chirurgien depuis quelques années et je n’ai jamais eu, ou créé le moindre problème dans un service ou j’ai été hospitalisé quatre fois….

 

J'ai finalement été opéré pour cette cinquième opération, dans une clinique privée.

La manière dont je devais être opéré au CHU a été considéré comme "dangereuse" par le chirurgien qui a effectué ma dernière opération. Cette dernière intervention s'est très bien passée ...

Pour prendre contact avec l'auteur